Podcast en français
Taille du texte
Radio nationale bulgare © 2024 Tous droits réservés

Après la luténitsa, la banitsa : Makiko Miura propose une autre spécialité bulgare au Japon

Makiko a offert un bocal de luténitsa venu du Japon à notre reporter
Photo: Vénéta Nikolova

Une Japonaise a parcouru 13 000 km jusqu’à Plovdiv pour apprendre à confectionner une banitsa bulgare. Makiko Miura est productrice de luténitsa, établie dans la préfecture de Yamagata où cette spécialité bulgare made in Japan suscite l’intérêt général et apparaît de plus en plus souvent dans l’assiette des Japonais. Cet automne, Makiko vient pour la première fois en Bulgarie en quête de nouveaux défis gastronomiques.

La luténitsa bulgare est toujours plus prisée sur le marché japonais
"Je voulais apporter ma luténitsa en Bulgarie afin de la comparer à l’original bulgare. J’avoue que ce n’est pas tout à fait pareil", indique Makiko. "La vôtre a un goût plus fumé, il y des restes de la peau et des graines des poivrons. Dans la mienne, il n’y a que des poivrons, des tomates, des carottes, de l’oignon et un peu d’ail. Elle est préparée sans aubergine et les autres ingrédients que vous ajoutez afin d’être plus adaptée au goût japonais. Nous sommes habitués à manger les poivrons crus, en salade, et pourtant ils sont tellement bons quand ils sont grillés ! J’ai élaboré plusieurs menus, j’ai des idées comment intégrer la luténitsa à l’alimentation des Japonais, en l’ajoutant à des boulettes de viande, à du poisson et du riz, y compris en paella, etc."

Makiko dit s’être inspirée de la gymnaste bulgare Antoaneta Vitale. Lors de l’épidémie de Covid, Antoaneta vivait au Japon où elle s’est mise à promouvoir le sport et la cuisine bulgare sur les médias locaux. Makiko l’a contactée et elle a reçu des conseils précieux sur les méthodes de préparation de l’authentique luténitsa bulgare. 3 ans plus tard, la Japonaise a parcouru le globe pour rejoindre Antoaneta à Plovdiv dans le seul but d’apprendre comment préparer la banitsa