Le sculpteur Atanas Katchamakoff et son best-seller américain

Photo: fond 13veka.org

Soixante dix-sept ans après sa première parution outre-Atlantique, l’un des livres pour enfants les plus aimés par les Américains a toutes les chances de sortir enfin en bulgare. Cet ouvrage, intitulé tout simplement « Dobry », a été écrit dans les années 1930 par le sculpteur d’origine bulgare Atanas Katchamakoff et devient très vite l’un des livres de référence dans la littérature pour enfants, même s’il n’a jamais été édité en Bulgarie à ce jour. Emilia Vélinova – directrice du Musée d’histoire de la ville de Pernik – nous en dit plus sur ce livre et sur la personnalité de son auteur :

« Le best-seller « Dobry » raconte la vie du peintre Atanas Katchamakoff. Né en 1898 au village de Liaskovets, dans le Nord de la Bulgarie, il fait des études de sculpture à l’Académie des Beaux-Arts à Sofia, avant de partir aux Etats-Unis en 1924. Là-bas, son talant est très vite repéré par les grands producteurs hollywoodiens qui l’engagent sur les plateaux de longs-métrages comme « Ben-Hur ». Le monument George Washington à New York est une autre œuvre signée par le grand sculpteur bulgare. L’idée de retracer les années de son enfance lui vient spontanément. Ecrit avec l’aide de la journaliste Monica Shannon, le livre « Dobry » sort en novembre 1934 et connaît très rapidement un grand succès auprès du public américain. La même année, un jury présidé par la Première dame Eleanor Roosevelt lui décerne le prix du livre le plus intéressant pour le mois de décembre, alors qu’en 1935 la deuxième édition de « Dobry » est récompensée par le prix « John Newbery » pour sa contribution exceptionnelle au développement de la littérature pour enfants. En dépit des nombreuses sollicitations de l’ambassadeur bulgare de l’époque, qui envoie une lettre à l’Académie des Sciences à Sofia en recommandant vivement la traduction du livre en bulgare, il n’en est rien. Dans les années qui suivent la sortie du livre, son succès ne se dément pas et entre 1934 et 1966, « Dobry » est réédité 11 fois. »


Aujourd’hui, grâce aux efforts collectifs d’une vingtaine d’élèves du lycée « Siméon Radev » de Pernik, l’ouvrage est finalement traduit dans la langue maternelle d’Atanas Katchamakoff. Comment le livre a-t-il atterri chez ce groupe de jeunes et qui a donné l’idée de le traduire en bulgare? L'explication d'Emilia Vélinova :

« Au cours d’un voyage aux Etats-Unis, l’ancien directeur du Musée d’histoire de Pernik – Siméon Miliov – tombe par hasard sur « Dobry » et décide de lancer un défi aux lycéens de la ville, qui ne connaissaient par l’œuvre d’Atanas Katchamakoff. Avec l’aide du musée et du magazine littéraire « Cercle », les élèves parviennent à traduire en bulgare son livre et ils sont actuellement à la recherche d’une maison d’édition qui pourrait appuyer le projet et assurer la sortie en librairie de ce livre original. »

Version française : Tsvetan Nikolov

photos: fond13veka.org /illustrations Atanas Katchamakoff  “Dobry”/


Tous les articles

Un show grandiose pour le lancement de “Plovdiv – capitale européenne de la culture en 2019 ”

Pendant un an, la deuxième ville de Bulgarie, Plovdiv sera la capitale européenne de la Culture. Un rôle qui lui ira certainement comme un gant, vu son histoire de plus de 8000 ans dont ses rues, places et parcs ont gardé le..

Publié le 14/11/18 à 12:32

Svétlana Radéva: "Connaître la Bulgarie, c’est la voir avec le cœur !"

« Vivre la Bulgarie », tel est le titre d’un nouveau magazine qui vient de paraître sur le marché bulgare, avec la noble mission de raconter l’histoire, les us et coutumes, les traditions, la culture et les beautés naturelles de la Bulgarie,..

Publié le 12/11/18 à 14:12

Les Karakatchani marchent dans les pas de leurs ancêtres

Une équipe de chercheurs a suivi les traces des caravanes des Karakatchani pour s’imprégner de l’élan irrépressible de liberté qui faisait vibrer l’âme de cette communauté, dont les membres ont sillonné des siècles durant les routes des Balkans,..

Publié le 11/11/18 à 10:05