Ada tépé et les secrets des antiques mines bulgares

 Sous Ada tépé les gisements ont une firte teneur de minérais aurifère
Photo: Архив

Les Thraces qui ont vécu il y des millénaires sur nos terres étaient d’excellents mineurs et métallos. Un des sites où on a trouvé des vestiges de ces métiers est Ada tépé (soit la colline de l'île) dans la partie orientale du massif des Rhodopes, non loin de la ville de Kroumovgrad. C’est la plus ancienne mine d’or en Europe. Selon les chercheurs, elle date de 20 siècles avant J.C., c’est-à-dire qu’elle est contemporaine de la civilisation de Mycènes et de Troie. Il s’avère que de nos jours aussi, cette mine recèle de l’or. Les archéologues se penchent sur les secrets de la mine d’Ada tépé pour la première fois en 2005. Depuis 2010 l’Institut national d’archéologie avec un musée de l’Académie des sciences bulgare travaille sur un projet ayant pour objectif de sauver l’antique mine. Le projet est financé par la société Balkan Mineral and Mining qui a une concession pour exploiter le gisement d’or à proximité de Kroumovgrad. Vu l’intérêt que portent à l’égard de ce site non seulement des experts bulgares mais également étrangers, des archéologues allemands participent également à la réalisation du projet.
L’année dernière les archéologues ont découvert cinq tonnes d’objets en céramique et ils devront maintenant être étudiés. Selon le D-r Christo Popov, chef des fouilles, l’antique mine est un site archéologique unique. « On pourrait imaginer une usine antique dans laquelle on produisait le métal précieux et qui fournissait les matières premières pour les fameux trésors des souverains thraces que nous connaissons à travers les expositions dans les musées », explique le chercheur dans une interview.
« C’est pour la première fois qu’est menée une étude géophysique dans une ancienne mine en Bulgarie, souligne le docteur ès sciences Popov. Nous sommes en train de mettre au point des modèles numériques topographiques qui sont bien plus précis que les cartes topographiques. Cette technologie nous permet non seulement de marquer ce que nous avons découvert sur un bon support topographique, elle nous permet également de découvrir des structures archéologiques difficilement accessibles. Nous utilisons pour la première fois de grandes séries de Carbone 14 pour dater les objets de l’époque de bronze et de fer en Bulgarie.
L’équipe de chercheurs effectue pour la première fois également en Bulgarie un projet pour restaurer l’antique production d’or.
« Nous avions pour objectif d’essayer de produire de l’or à l’aide d’instruments antiques en bois et en pierre et en appliquant les méthodes d’autrefois, poursuit Christo Popov. Le projet scientifique s’est déroulé en deux étapes. Fin septembre nous avons réussi à accumuler à l’aide d’instruments en bois de la masse de minerais, de découvrir un des filons qui nous était déjà connu. Nous avons ensuite chauffé avec du feu le filon de quartz.

C’est une méthode standard qui a été utilisée dans le passé permettant de faire du quartz une matière plus maniable. Nous avons chauffé la pierre près de 24 heures et nous avons finalement obtenu environ 350 kg de minerai aurifère. Ensuite ce minerai a été recueilli et broyé sous forme de farine fine que nous avons par la suite filtré avec de l’eau. Finalement, nous avons obtenu 30 grammes d’or. Ce projet nous a été très utile car nous avons obtenu des réponses évidentes à des questions qui nous intéressaient sur le développement de la société de cette époque, sur les technologies utilisées ».
On envisage d’ouvrir un musée en plein air, musée consacré aux mines antiques et à la métallurgie. D’ici là, du 25 janvier au 11 mars on peut voir au musée de l’Institut national d’archéologie une exposition de photos sur l’archéologie et le partenariat avec le business qui montre les résultats des recherches sur le site de l’antique mine d’or. 

Version française : Vladimir Sabev

Tous les articles

Le style "A la française" rapproche Plovdiv de la culture européenne au XIXe siècle

Associé à l’initiative « Plovdiv – capitale européenne de la culture », le Musée ethnographique régional de la deuxième ville de Bulgarie a préparé une exposition qui permet de jeter un regard sur la culture de la Renaissance bulgare. Les invités et les..

Publié le 18/04/19 à 14:36
L'épave d'un voilier de l'époque de l'Empire ottoman (XVIII s.), à une profondeur de 301 m. près du littoral sud

La Mer Noire dévoile peu à peu ses secrets

La Mer Noire occupe la frontière Est de la Bulgarie et ce n’est pas par hasard que le peuple raconte beaucoup de légendes sur cette mer. Selon une de ces légendes la mer serait "noire" en raison des nombreux naufrages dont elle serait à l'origine...

Publié le 18/04/19 à 13:47

La Constitution de Tarnovo : 140 ans déjà…

A peine libérée, la Bulgarie est appelée, en vertu du traité de Berlin, à rédiger et faire voter sa propre constitution. Et même si ses députés n’ont pas beaucoup d’expérience, leur enthousiasme renforcé par leur patriotisme et leur sens des..

Publié le 16/04/19 à 12:13