2 août : Insurrection de la Saint Elie et de la Transfiguration

Photo: vmro-varna.com
Nous marquons en 2013 le 110e anniversaire du début de l’Insurrection de la Saint Elie et de la Transfiguration, couronnement des luttes de libération nationale des Bulgares de Macédoine et d’Edirne. Après la libération de la Bulgarie du joug ottoman de 5 siècles, en vertu du Traité de Berlin signé par les Grandes puissances en 1878, ces deux régions se retrouvent sous l’autorité de l’Empire ottoman. Ce qui suscite de violentes réactions de la part du peuple bulgare qui refuse de se plier à cette décision et qui se prépare à réparer l’injustice historique par les armes. Et c’est ainsi que voit le jour en 1893 à Salonique l’Organisation révolutionnaire macédonienne intérieure / VMRO/ qui met en place un réseau dense de structures et de comités patriotiques.

En janvier 1903, lors du congrès du VMRO à Salonique, la décision est prise de préparer une insurrection qui éclate le 2 août, jour de la Saint Elie, d’où son nom. La révolte commence en Macédoine, autour de Bitola, pour embraser rapidement les villes avoisinantes dont Krouchévo, où est proclamée la République de Krouchévo. Le 19 août, fête de la Transfiguration de Jésus-Christ, l’insurrection éclate aussi dans la région d’Edirne et les rebelles arrivent à libérer un grand nombre de localités de la région de la montagne Strandja et des villes côtières de la mer Noire, Tsarévo et Ahtopol, instituant la République de Strandja qui malheureusement ne dure que 26 jours. Car l’armée turque repousse sans grande peine les insurgés, détruisant une grande partie de leurs postes stratégiques. 350 000 soldats turcs, armés aux dents, sont envoyés contre la population en Macédoine et Edirne. Conscient de l’inégalité des forces et de la débâcle imminente, le QG des insurgés se tourne vers le gouvernement bulgare espérant obtenir un soutien. Malheureusement, victime de ses choix politiques et mis en garde par les Grandes puissances qui annoncent de lourdes retombées pour la Bulgarie en cas d’intervention, le gouvernement ne répond pas à cet appel au secours. Ne pouvant compter que sur ses propres forces, la population révoltée lutte corps et âme pendant 3 mois contre un ennemi redoutable dont elle n’arrive pas à repousser les attaques.

Le bilan dramatique de ses opérations est plus que révélateur de l’inégalité des forces. 239 combats menés par 26 400 insurgés de Macédoine et Edirne, 201 villages incendiés, 12 400 maisons détruites, 4700 morts et 30 000 personnes contraintes de quitter leur foyer et de rechercher le salut en Bulgarie.

Malgré sa défaite, l’Insurrection de la Saint Elie et de la Transfiguration joue un rôle important et vient témoigner de l’élan libérateur d’une population opprimée qui, convaincue de la justesse de sa démarche, est prête à aller jusqu’au sacrifice quitte à conquérir sa sacro-sainte indépendance nationale.

Version française : Sonia Vasséva







































Tous les articles

Père Yvelin Guénov : "Le pape François donnera un signe de communion chrétiennе!"

La ville de Rakovski /Bulgarie du Sud/ est connue pour son importante communauté chrétienne. Ce qui explique les préparatifs intenses,   entamés pour accueillir, le 6 mai prochain, le pape François, qui effectuera une visite en..

Publié le 22/01/19 à 12:29
Бистра Винарова и Симеон Радев

Siméon Radev et Bistra Vinarova: un amour hors du temps...

Il y a 140 ans le 19 janvier voyait le jour Siméon Radev, un des plus brillants esprits de la nation bulgare, diplomate, journaliste, critique d’art, écrivain au trait remarquable, maniant le français à la perfection. Homme à la culture et au..

Publié le 19/01/19 à 11:00

Le Temple des Merveilles à Melnik

Elle est connue comme l’Eglise des Miracles, dédiée à Saint Antoine le Grand, qui venait en aide, selon la légende, à tous ceux qui ont perdu l’espoir d’une guérison. Située à Melnik, petite ville de montagne connue pour ses..

Publié le 17/01/19 à 12:06