L'exposition "Muses et Modèles" magnifie l'art européen

3
Macha Jivkova
Photo: nationalartgallerybg.org

A la Galerie Nationale des Beaux-Arts "Carré 500" est présentée l’exposition "Muses et Modèles" dédiée au corps féminin nu, thème éternel dans l'art qui inspire les artistes de l'antiquité jusqu'à nos jours. Après la libération de la domination ottomane lors de la construction du nouvel Etat bulgare à Sofia a été établi l’Ecole de dessin qui se transformera plus tard en Académie Nationale des Beaux-Arts. Avec la création de cette institution commence l’enseignement académique des peintres bulgares. Iskra Trayanova est la commissaire de l’exposition. Elle a sélectionné des œuvres de peintres bulgares et étrangers du début du XXème siècle qui font partie des archives de la galerie.

Dans la sélection bulgare les noms connus sont ceux de Nicola Tanev, Kiril Tzonev, Detchko Uzounov, Macha Jivkova et d’autres. "En fait l’exposition commence avec une œuvre d’Ivan Markvitchka "Femme au bain" - nous précise Iskra Trayanova. – Il est né en République Tchèque mais il a adopté la nationalité bulgare et il est considéré comme peintre bulgare. Cette œuvre créée dans les années 1900  est le sujet du débat "Muses et Modèles".

André Favory

Dans le choix des œuvres des peintres étrangers figurent les noms connus de Maurice Brianchon, Maurice  Loutreuil, André Favory, Jules Cavaillès et d’autres.

"L’intérêt du commissaire est porté sur les toiles de 10 peintres bulgares et 10  étrangers. Leurs œuvres font partie du patrimoine du musée – souligne  Iskra Trajanova. – En fait c’est la première exposition dans le cadre du projet "Points de croisement" mis en place par la Galerie Nationale".

L’objectif du projet est de mettre en évidence les interactions culturelles lors de la rencontre entre le nouvel art bulgare et l'expérience artistique européenne. Lors de cette rencontre les critiques d’art veulent trouver le point de croisement où s’identifient et sont équivalents les peintres européens et bulgares qui sont  européens aussi d’ailleurs.  

"Le corps nu est l’occasion de montrer l’égalité de présence des peintres bulgares dans le contexte européen surtout au début du XXème siècle quand le peintre bulgare a suffisamment de confiance en lui-même. Il a reçu une très bonne éducation dans des centres européens de renommée. Au début Paris et Vienne sont au premier plan devant  Berlin, Florence et Rome. Cela mène versune très bonne expérience académique qui commence à donner ses fruits en Bulgarie".

Jules Cavaillès

De cette manière lors des Salons prestigieux européens les artistes bulgares et d’autres pays du Vieux continent  présentent leurs œuvres côte à côté – au Salon des indépendants, au salon "Tuileries" où le Salon d’automne à Paris. "Ce sont de très grands forums, sans oublier les deux participations des peintres bulgares aux Foires de Paris – l’une en 1900 et l’autre en 1937. Ainsi que la biennale de Venise. Le peintre bulgare parallèlement à son collège étranger se reconnaît dans le contexte européen du nouvel art contemporain".

Quels sont aujourd’hui les particularités de la peinture du corps nu ?

"De la même manière comme dans l’antiquité parce que encore à cette époque sont mis les bases de toutes les proportions. C’est le corps idéal inscrit  profondément dans l’âme du peintre contemporain vers lequel il retourne toujours" - conclu Iskra Trajanova.

L’exposition est ouverte jusqu’au 30 octobre.



Version française Yana Tomova

Photos: nationalartgallerybg.org

Галерия

Tous les articles

Une publication académique étudie les fresques religieuses de la première moitié du 19e siècle

La publication académique « Corps des peintures murales de la première moitié du 19e siècle en Bulgarie » se penche sur les décorations murales pendant l’âge prémoderne. Cette publication est le résultat de recherches scientifiques du..

Publié le 15/12/18 à 08:00

„Reflets des Rhodopes“, un documentaire qui lève le voile sur l'énigmatique montagne d’Orphée…

Les amoureux de paysages bulgares pourront visionner très prochainement un film documentaire au titre évocateur « Reflets des Rhodopes ». Un voyage émouvant à la découverte des mythes et légendes associés aux Rhodopes orientaux, riches..

Publié le 11/12/18 à 12:31

La Bibliothèque nationale „Saint Cyrille et Saint Méthode“ marque ses 140 ans

2018 a été placée sous le signe du 140 e anniversaire de la Bibliothèque nationale « Saint Cyrille et Saint Méthode », une institution phare qui méritait de se retrouver dans le feu des projecteurs, surtout la semaine dernière, lorsque deux..

Publié le 10/12/18 à 12:48