La basilique byzantine près de Pirdop garde le souvenir du "sacrifice du cerf"

C’est une basilique paléochrétienne, dédiée à Saint Elie, qui se trouve à 3km de la ville de Pirdop, au pied de la Stara planina. Un monument historique d’une valeur exceptionnelle, datant de l’époque byzantine, entouré de hauts remparts infranchissables. Pendant près de 11 siècles, des offices religieux et autres rituels ont été célébrés, avant que le bâtiment soit incendié par les hordes turques en 1700.

Снимка

La basilique était un haut-lieu de la vie spirituelle même à l’époque des Thraces, dont est restée la légende du sacrifice du cerf.

Denosjours, cesite a une grande valeur historique pour la Bulgarie, car suite au Congrès de Berlin en 1878, la rivière Elenska qui coule à proximité devient la frontière géographique entre la Principauté de Bulgarie et la Roumélie orientale“, nous confie le conservateur du musée de Pirdop, Ivan Ivanov.

La région est effectivement riche en vestiges du passé, ayant accueilli des tribus thraces qui au Ve-IVe siècle avant Jésus Christ font partie du Royaume des Odryses et qui ont construit pas moins de 180 tumulus et nécropoles. Les archéologues ont aussi découvert des vestiges de l’époque byzantine, dont la basilique qui suscite notre intérêt. Au Moyen âge, la zone avait une importance stratégique pour l’Empire byzantin, mais aussi pour le Premier et le Deuxième Etat bulgares qui en a fait un site fortifié. Quant à la basilique, elle a été érigée à la fin du Ve siècle, pour subir des transformations et autres réaménagements à l’époque de l’empereur Justinien le Grand / 527-567/, qui se distingue par ses constructions en céramique, solidifiées par du mortier blanc. L’église est également unique en son genre par le fait qu’elle est entourée de remparts. Sinon, elle comporte trois nefs et trois absides. Elle a été découverte lors de fouilles archéologiques de l’équipe du professeur Moutafchiev en 1913, en réponse à des fouilles non réglementées entreprises par la population locale dans les années 90 du XIXe siècle. Malheureusement, le professeur Moutafchiev n’arrive à mettre au jour que le rez-de-chaussée du temple, sans explorer les strates plus anciennes.

Снимка

La région de la basilique paléochrétienne, proche de la rivière Elenska, reste toujours mal explorée. Des projets financiers ont été établis, mais ils attendent de trouver un financement suffisant pour démarrer. Sinon, l’intérêt scientifique est évident,  comme nous le confirme Ivan Ivanov, qui a accueilli il y a quelque temps un groupe de 40 chercheurs et archéologues de Rome.Etcestlà quenousenvenons à lafameuselégendedu« sacrificeducerf », transmisedunegénération à lautre– poursuit son récit Ivan Ivanov:

Снимка

Ainsi, le jour de la fête votive, un cerf sortait toujours de la forêt, qui était sacrifié pour implorer la clémence de Saint Elie. Par la suite, les habitants de la région rassemblaient ses os qu’ils enfouissaient dans un balluchon formé par la peau du cerf. Et c’est ainsi que l’animal revenait à la vie et reprenait la route des bois, avant de se manifester de nouveau, un an plus tard, le même jour pour accomplir le rituel. Sauf qu’un jour, le jour de la Saint Elie précisément, le cerf arriva en retard pour les festivités. Il était visiblement épuisé, et comme on ne le laissa pas souffler et reprendre des forces après la longue route, il exécuta le rituel avant de reprendre la route, mais il ne revint plus jamais. Cette légende trouve une certaine confirmation de nos jours encore, car lors des premières fouilles sur le site de la basilique, les archéologues ont découvert dans un remblai à proximité d’un de ses murs des ossements et des cornes de cerf.

Récit : Sonia Vasséva

Photos: archives personnelles

Tous les articles

Les fouilles de la plus ancienne ville d'Europe se poursuivent près du village Unatsité

Savez-vous quand a été fondée la plus ancienne ville d' Europe découverte près du village Unatsité dans la région de la ville de Pazardjik ? C’est un mystère que l’équipe d’archéologues conduite par le maître de conférences Yavor Boyadjiev..

Publié le 21/07/18 à 09:30

Les vestiges des thermes romains au centre de Dobrich attirent à nouveaux des visiteurs

Au centre de la ville de Dobritch (Bulgarie du Nord-est) se trouve un monument de la culture qui fait partie de l’histoire antique de la région de la Dobroudja. Il s’agit des vestiges de l’édifice de thermes romains qui très probablement avaient..

Publié le 08/07/18 à 09:50
Les choeurs du lycée de jeunes filles

„Thessalonique et les Bulgares : histoire, mémoire, modernité „

A Sofia a été présenté un nouvel ouvrage qui marque l’aboutissement de la première phase du projet sur le thème „ Thessalonique et les Bulgares : histoire, mémoire, modernité  ”, réalisé par l’Institut de balkanistique auprès de..

Publié le 07/07/18 à 08:00