Plamen Mirianov: "Le patriotisme consiste à ne pas quitter son pays et non pas à se prendre en photo avec le drapeau tricolore"

Photo: личен архив

Le jeune architecte Plamen Mirianov évoque les richesses de notre pays dans de courts métrages afin d’inciter le plus de Bulgares possible d’aimer leur pays en connaissant mieux ses richesses naturelles, ses traditions et acquis culturels.

« L’alphabet saint », « la Magie de la rose bulgare », « L’esprit du drapeau » - ce sont de petites particules d’un grand tableau que Plamen Mirianov peint à travers la campagne nationale « Notre maison c’est la Bulgarie », qui sera bientôt présenté sous forme d’un long métrage. L’œuvre parlera non seulement du passé glorieux, des héros nationaux tombés pour la liberté de la Bulgarie et de ses beautés naturelles, mais aussi suggérera des idées concernant la réussite de ses citoyens, de leur bonté et de leur santé.


Ce film constitue une mixture de différents sujets relatifs à la Bulgarie – les roses, les monastères, le khoro (danse traditionnelle bulgare), la cuisine, les herbes, mais surtout l’esprit bulgare – raconte Plamen Mirianov. – Tout s’explique par mon désir d’adresser un message aux Bulgares qui est de travailler plus sur leur potentiel étant donné que nous tout, nous avons  des gênes spéciaux – nous existons depuis l’antiquité et la force de nos racines est très grande. D’après moi ce message est plus précieux que de n’illustrer notre amour pour le pays que par de simples images, bien que nous nous devions aussi d’évoquer ses richesses naturelles, sa culture et ses traditions. Dans le film nous allons également miser sur notre point de vue concernant la bonne nourriture et la respiration car le succès de l’homme est étroitement lié à la propreté de ses pensées, à celle de son corps et de ses sentiments.

Снимка

Selon l’architecte, les Bulgares réussiront de déployer leurs capacités s’ils entrent en contact avec des lieux d’énergie dans la nature et s’ils se tournent plus souvent vers la foi. La nature est un moyen nous permettant d’être plus forts mais surtout elle est une Créature divine et c’est pourquoi nous devons nous tourner en premier vers le Créateur, ajoute-t-il. De pareils endroits spéciaux d’énergie sont les lacs du Rila et ses eaux divines, les chutes d’eau du village Ovtchartsi à côté de Saparéva Bania (Bulgarie du sud-ouest) dans lesquelles un automobiliste français se serait guéri après s’y être baigné au cours de 21 jours.

Снимка

Plamen Mirianov est également un passionné de la protection de l’environnement :

Même si des constructions légales étaient faites, elles devraient être en harmonie complète avec la nature, l’embellir et non pas le contraire, est-il convaincu. Car nous pouvons constater de nombreuses erreurs, vire de nombreux crimes – dans nos villes, aux environs des bassins d’eau comme par exemple à proximité du lac de Pantcharévo. Pour moi, les téléphériques sont une mauvaise chose et ne devraient pas être liés à la construction des nouveaux hôtels. Il faut qu’il y ait aussi des plans clairs de gestion des parcs nationaux, ainsi qu’une meilleure protection de ces derniers. C’est pourquoi nous allons financer un projet conformément auquel chacun des lacs du Rila sera protégé séparément.

Снимка

Le patriotisme consiste aussi dans la volonté de conserver tout qui nous a été légué par nos ancêtres. Celui-ci revêt-il cependant des dimensions modernes ?

Le patriotisme contemporain réside dans le fait de nous décider de rester vivre en Bulgarie – ce qui est quelque chose de tout à fait simple – au lieu de se faire des selfies avec le drapeau national – pense Plamen Mirianov. – Le principal c’est d’utiliser notre énergie pour rendre notre pays un endroit meilleur à vivre. Les jeunes gens par exemple peuvent déployer leur imagination, ce qui est la chose la plus précieuse.

Снимка

L’un des projets de l’initiative « Notre maison c’est la Bulgarie » est notamment la restauration des vieilles fontaines derrière l’église de Boyana, au Jardin Boris, entre autres.

Version française : Nina Kounova

Photos: archives personnelles

Tous les articles

"Le meurtre de l’impossible" – un livre consacré à l’alpiniste bulgare Boyan Petrov

En hommage au grand alpiniste bulgare, un recueil “Le meurtre de l’impossible” a été présenté. Le livre a été écrit par la légende italienne de l’alpinisme Reinhold Messner. Il y a rassemblé 30 publications dans lesquelles des escaladeurs bien..

Publié le 16/02/19 à 10:15

La peinture au vin : une technique oubliée, revisitée par l’artiste Maya Petrova

Quant il aime quelque chose, l’artiste trouve toujours le moyen de l’exprimer, de le montrer, et la peinture, grâce à ses multiples facettes lui offre toute la latitude d’expérimenter, de donner  libre cours à son imaginaire. Il y a deux ans,..

Publié le 15/02/19 à 10:54

Trifon Zarezan, la fête des vignerons, de la convivialité et la bonne humeur

Le 14 février, c' est la fête de l’amour, appelée aussi la Saint Valentin dans de nombreux pays. En Bulgarie selon la tradition c’est la fête des vignerons et du vin, le 14 février est la Saint Trifon –Zarezan, le jour où l’on va au vignoble tailler la..

Publié le 14/02/19 à 12:42