„Ambassadeur d’un jour”, le concours qui donne confiance aux jeunes…


„Il est possible de rejoindre son rêve, encore faut-il avoir le courage d’essayer !” – tel est le maître-mot d’un concours organisé par l’Ambassadrice de Grande-Bretagne en Bulgarie, Emma Hopkins et soutenu par la vice-présidente de la République Ilyana Yotova, ciblé sur de jeunes lycéennes qui n’ont pas succombé à l’apathie et à l’indifférence et qui nourrissent des rêves audacieux pour leur avenir.

„J’aimerais encourager chaque jeune fille de 15 à 19 ans à y participer, car ce concours fait évoluer les visions du monde “, nous a confié Blaga Popchéva, 17 ans, qui a été récompensée lors de la première édition du concours en 2018. Pour pouvoir y participer, les candidates doivent rédiger une dissertation sur un thème donné qui ne prenne pas plus de 250 mots. Le sujet à développer répond à la question : comment emploierez-vous votre force personnelle et votre influence en tant qu’ambassadrice pour opérer des changements positifs au sein de la société ? Notre objectif est d’encourager les jeunes filles de toute la Bulgarie à avoir une vision plus ambitieuse sur leur avenir et à développer leur sens de responsabilité civique “ a précisé Son Excellence Emma Hopkins et d’ajouter :

Le concours « Ambassadeur d’un jour » est organisé en collaboration avec d’autres ambassades du corps diplomatique en Bulgarie à l’occasion de la Journée internationale de la Femme. L’initiative prendra fin le 7 mars et les gagnantes, accompagnées des ambassadrices et des présidentes d’ONG, participeront à un forum au sommet, qui leur permettra de rencontrer et d’échanger avec des femmes de notoriété publique et la vice-présidente de la République, Ilyana Yotova. Nous voulons de la sorte permettre aux jeunes femmes de Bulgarie à croire en leur propre potentiel et à contribuer au changement. Le concours poursuit aussi un autre objectif, initier les jeunes femmes à l’esprit du travail de responsabilité, tel que pratiqué par les femmes au pouvoir. D’où la mise à contribution des ambassadrices d’autres pays, tels que l’Azerbaïdjan, l’Indonésie, les Pays-Bas et l’Albanie.

Emma Hopkins a aussi fait part de son expérience lors du premier concours organisé l’année dernière, lorsqu’elle a passé toute une journée avec une jeune fille bulgare de 17 ans, originaire de la ville de Varchetz / Bulgarie du Nord-Ouest/. Idem pour la vice-présidente de la République, Ilyana Yotova qui a notamment déclaré :

J’ai été frappée par la fraicheur et la vision originale de toutes ces jeunes filles sur des problèmes graves de la société, notamment la parité hommes-femmes, le choix de la future profession ou la recherche de la vocation, le plan de carrière, surtout dans l’arrière-pays et les villes de la province profonde. Notre campagne avec l’ambassadrice Emma Hopkins ne s’arrête pas là. Nous allons continuer à fournir des efforts. C’est une femme exceptionnelle qui a consacré une grande partie de sa carrière à la défense des droits de l’homme, à la lutte contre la violence faite aux femmes, au trafic des êtres humains et à la criminalité organisée, des sphères qui n’ont rien à voir avec l’emploi  traditionnel d’un diplomate. Force est de reconnaître que la crise de 2008 a plongé le monde dans une ambiance d’hostilité, d’isolement et d’égoïsme. Nous sommes de plus en plus confrontés en Bulgarie aux problèmes des groupes ethniques défavorisés, notamment les Roms. La crainte du lendemain nous fait oublier les notions de solidarité, de partage et d’appartenance, ce qui est triste…

Les modalités de participation au concours„Ambassadeur d’un jour“ sont disponibles sur le site de l’Ambassade de Grande-Bretagne en Bulgarie.

Récit : Sonia Vasséva

Photo: BGNES
Tous les articles

Elever des chevaux, le rêve d’enfant de Mustafa Süleyman…

Il est originaire du village Zagoritché, département de Choumen /Bulgarie du Nord-Est/. Son nom est Mustafa Süleyman , un agriculteur de longue date qui travaille 800 hectares de céréales, principalement du blé, de l’orge, du maïs, de la..

Publié le 20/01/19 à 08:15

L’histoire passionnante de la photographie bulgare : entre les premiers rêves et les sommets professionnels

Le rêve de l’humanité d’immortaliser des scènes de la vie sur un écran sensible à la lumière date du V- IVe siècle avant Jésus-Christ si pas plus tôt. De nos jours on trouvera rarement quelqu’un qui ne s’émerveille pas et qui ne prenne pas du..

Publié le 19/01/19 à 08:50

Les gants de Miléna Stéfanova, un vrai bijou sur les mains de chaque femme

Miléna Stéfanova se lance dans le tricot dès l'école en apprenant ce métier de sa grand-mère et de sa mère. Son amour pour les belles choses se renforce au fil des années et se transforme en beaux sacs tricotés dont la plupart Miléna offre à..

Publié le 18/01/19 à 15:15