Prévenir les maladies par l’alimentation, c’est possible !

Photo: saglikdiyari.net

La Bulgarie est, à l’échelle européenne, dans le peloton de tête des pays à forte mortalité, dont la cause doit être recherchée dans les mauvaises habitudes alimentaires. Le pays occupe la 12e place sur un total de 51 pays, intégrés dans une étude de l’Université « Friedrich Schiller » d’Iéna en Allemagne, couvrant la période 1990-2016. On retrouve dans le TOP 10 des pays à très forte mortalité des ex républiques soviétiques, l’Ouzbékistan en tête, où 396 personnes sur 100 000 meurent de malnutrition. La Bulgarie est classée 12e après la Géorgie, avec 260 morts à la suite de maladies cardio-vasculaires, dues à une mauvaise alimentation. Pour être encore plus précis, les Bulgares ont les habitudes alimentaires les plus déplorables dans l’Union européenne. Comment expliquer cette situation ? Eléments de réponse avec la professeure Stéfka Pétrova, nutritionniste au Centre national d’analyses et de santé publique :

Tout est une question de point de vue, mais il est vrai qu’une grande partie des pathologies des Bulgares est dans une grande mesure due à la mauvaise alimentation. Prenez par exemple, les maladies cardio-vasculaires, elles sont la cause de plus de 60% des cas de mortalité. Et manger sain est un facteur de prévention. Le surpoids est lui aussi considéré comme une maladie, de plus en plus répandue chez les seniors. L’obésité chez les enfants est aussi importante, ce qui range la Bulgarie à la 6e-7e place dans l’Union européenne. Pour résumer nous pouvons dire que, oui, l’alimentation est la première des médecines ! Une expression que d’aucuns jugeront galvaudée mais qui est pourtant une vérité scientifique. En effet, des repas variés et équilibrés sont le meilleur moyen de protéger son corps contre de nombreuses maladies, noptamment le cancer, le diabète, Alzheimer, ou encore l’obésité...

Et pourtant, les Bulgares aiment consommer gras et ne mangent pas équilibré. Quant à leurs enfants, ils raffolent de junk food, sucreries et autres chips…

Malheureusement, le modèle de nutrition bulgare repose sur le pain, les acides gras saturés et les glucides, poursuit Stéfka Pétrova :

Nous avons tenté de remplacer le pain blanc par du pain complet ou aux céréales, mais ce n’est pas suffisant. Je crois que les Bulgares ne consomment pas suffisamment de fruits et de légumes frais, pendant l’hiver ils préfèrent se rabattre sur les légumes en saumure ou en conserve /la choucroute, les pickles/, qui malheureusement sont saturés de sel. Or, le sel est un facteur à risque pour l’hypertension et les maladies cardio-vasculaires.

Qu’en est-il de la nourriture des enfants et du rôle des parents ?

Le modèle alimentaire se met en place dès la plus tendre enfance. Si nous apprenons à nos enfants à consommer les aliments sains, qui contiennent plus de fibres et de vitamines, ils garderont ces habitudes pour la vie. Malheureusement, beaucoup d’enfants qui vont à l’école maternelle et à la cantine boudent les plats contenant des légumes, surtout les épinards, la salade, le brocoli ou encore les choux de Bruxelles, qu’ils ne connaissent pas. Nous autres adultes, nous devons veiller à ce que nos enfants connaissent et goûtent à tous les fruits et légumes. Ce n’est pas facile, mais les efforts sont payants. Globalement, on mange beaucoup en Bulgarie de charcuteries, qui sont à la fois grasses et salées et qui sont bourrées de conservateurs. J’espère qu’on pourra inverser cette tendance et privilégier les aliments sains dans nos assiettes…


Récit : Sonia Vasséva

Photo: archive personnelle

Tous les articles

Regain d'intérêt pour la formation par alternance

Depuis le milieu du siècle dernier en Bulgarie les études classiques sont toujours allées de pair avec la formation professionnelle. Au début des années 80, pendant presque dix ans, les deux systèmes avaient été réunis dans les dits complexes..

Publié le 21/05/19 à 13:39
Екрем Имамоглу (Ekrem İmamoğlu)

Kaleidoscope des Balkans

Nouvelle campagne électorale à Istanbul La nouvelle campagne électorale d’Ekrem Imamoglu pour l’élection du maire d’Istanbul démarre mercredi. Le candidat du Parti républicain du peuple d’opposition s’efforcera de gagner une deuxième fois les..

Publié le 21/05/19 à 10:31

L’éducation, la grande priorité des jeunes de l’UE

Selon des données d’Eurobaromètre, la participation des jeunes gens aux activités de bénévolat, à des organisations internationales ou bien à des élections s’est sensiblement renforcée au cours des dernières années. Plus de la moitié des..

Publié le 20/05/19 à 14:33