Quand les livres donnent des fleurs...

C'est un livre pour enfants qui, en plus de raconter une histoire magique à même d’éveiller l’intérêt des enfants pour la lecture, contient de véritables graines à semer. L’idée de créer ce livre appartient à des auteurs bulgares. Non seulement l’histoire principale mais aussi chaque autre détail dans ce conte est conforme aux valeurs écologiques, déclare Darina Dimitrova :

Ces valeurs font partie intégrante du livre – à commencer par la production des plantes elles-mêmes et des aspects techniques le concernant pour finir avec l’histoire qui est rédigée par des psychologues, explique également l’auteure du projet. Aucune idée de business ni de gain ne s’y faufile. Notre objectif consiste à ce que le contenu du livre soit perçu de la même manière aussi bien par les enfants que par les adultes qui le lisent à leur côté. Le matériau utilisé pour sa fabrication est respectueux de l’environnement. La couverture et le corps du livre sont fabriqués avec du papier 100% recyclé pour lequel aucun produit chimique n’est utilisé. Les feuilles sont bio-dégradables, l’encre est comestible et ne nuit aucunement au sol. La colle est fabriquée à la base de sucre, de farine et d’eau. La police de l’écriture est telle qu’elle peut être facilement lue également par des enfants qui souffrent de dyslexie. Des graines certifiées, spécialement sélectionnées sont collées sur les pages du livre. Il y a parmi elles des graines de fleurs comestibles, de fruits, de légumes, entre autres. Celles-ci garantissent 98% de germination, toutes les futures plantes étant également de petite taille, ce qui permet de bien les intégrer dans les feuilles du livre, ces dernières étant aussi du type à pousser rapidement pour que les enfants ne perdent pas patience et puissent devenir témoins non seulement des semences mais aussi de la cueillette. 


L’histoire du livre porte sur des sujets qui sont d’actualité aussi bien pour les enfants que pour les adultes et qui n’ont guère pour objectif de servir d’enseignements pour qui que ce soit, précise Darina Dimitrova :

Le livre en question présente la vie du petit Bobo Bermundo et de ses copains qui forment la bande « Equipe PiPeR ». Derrière l’abréviation PiPeR se cachent des mots se rapportant à des aventures, défis et décisions. Dans un contexte humoristique sont aussi évoqués des sujets concernant l’oubli des souvenirs de l’enfance, ainsi que des thèmes portant sur les peurs, l’anxiété enfantine, l’empathie, l’entente et bien évidemment l’environnement. Jamais nous n’avons eu l’idée de nous transformer en mentors en pointant du doigt les bons et les mauvais côtés des enfants, ni n’avons eu la prétention d’apprendre aux parents quel devrait être leur comportement à l’égard de leurs enfants. C’est plutôt l’humour qui abonde dans le livre et c’est à travers lui notamment que nous avons essayé d’apprendre aux enfants d’être patients et de se sentir responsable de la protection de la nature et de la prise de soins de l’environnement.


Darina Dimitrova souligne que l’équipe est particulièrement intéressée aux commentaires qu’elle reçoit en retour car envisageant la mise en place de nouveaux projets dans cette même direction :

Nous recevons souvent des commentaires dans lesquels de grands remerciements nous sont adressés ainsi que nous sont posées des questions supplémentaires concernant l’histoire du livre, ce qui représente pour nous une grande récompense car témoignant du fait que notre travail n’ait pas été superflu. Nous avons l’intention de poursuivre notre travail en créant notamment des textes de lecture avec un côté formateur. Nous voulons éditer des textes pour des teenagers, mais aussi pour des adultes. Il n’est cependant pas nécessaire que le texte que nous allons rédiger soit édité impérativement sous forme de livre. De toute façon notre idée n’est qu’à sa phase initiale…


L’équipe n’a pas breveté son produit en espérant que son exemple sera bientôt suivi par d’autres activités de ce type.


Version française : Nina Kounova 

Photos: archives personnelles

Tous les articles

Chef Peter Mihaltchev

Sofia aura son Musée du tatouage

A l’occasion du Tattoo Fest Sofia un Musée du tatouage sera ouvert à la salle "Universiade" de la capitale. Il aura pour but de porter à la connaissance des visiteurs l’importance des tatouages dans les cultures anciennes,..

Publié le 22/06/19 à 08:40

Du verger à l’assiette...

Denka et Petar Guéorguiévi créent leur petite société familiale il y a 11 ans au village Ispérikhovo qui est situé au pied du Rhodope occidental. Jusqu’alors ils avaient cultivé des arbres fruitiers dans des jardins qui après les changements..

Publié le 21/06/19 à 13:23

20 juin : Journée mondiale des réfugiés

En 2018 le nombre des réfugiés a atteint 25,9 millions à l’échelle mondiale, à en juger du rapport annuel intitulé « Tendances globales » de l’Agence de l’ONU sur les réfugiés. La statistique se rapportant à la Bulgarie montre qu’en..

Publié le 20/06/19 à 11:43