Les cactus sauvages, la beauté qui pique!

| Modifié le 14/11/19 à 14:53
4
Opunitia humifusa, communément appelé Figuier d’Inde recensé sur le site Pobiti kamani (Pierres dressées) près de Béloslav




La montagne de Lozène, à quelques encablures de Sofia, est un des endroits préférés des randonneurs, qui s’y dirigent en masse le week end, impatients d’y goûter le calme et la tranquillité. Et surtout de sillonner le flanc qui monte doucement en hauteur et du haut duquel ils découvrent l’écrin bleu du lac de Pantcharevo. Un peu en dehors de cette pente douce les curieux peuvent admirer des habitats de cactus qui, à l’instar de toutes les plantes exotiques s’accompagnent de légendes et de récits empreints de mystère.

Figuier de Barbarie ou Opuntia engelmannii qu’on trouve dans les environs du lac de Pantcharevo

A croire les récits les plus fréquents qu’on trouve sur internet, les graines auraient été transportées par les oiseaux migrateurs ou mélangées au sable du Sahara, véhiculé par un cyclone formé au-dessus de la Méditerranée. Ce qui est peu probable, aux dires de Vladimir Vladimirov de l’institut de biodidiveristé et d’études des écosystèmes de l’Académie bulgare des sciences (ABS):

„Je crois pour ma part qu’il s’agit d’une expérience initiée par des amateurs de la nature. En effet on y recense trois espèces d’opuntsia, une des espèces de cactus les plus répandues et qui regroupe pas moins de 250 variétés. Ce qui vient témoigner qu’on les a plantés dans un but noble : embellir le paysage. “

Les colonies de ces plantes, caractéristques d’Amérique ou de la région méditerranéenne ne sont plus des plantes exotiques pour nos latitudes, affirme le chercheur:

„Ces dernières années, malheureusement on découvre de plus en plus souvent des colonies de cactus sauvages. Il faut savoir que les cactus ne sont pas répandus uniquement dans les régions tropicales d’Amérique. Certaines espèces se rencontrent dans les régions à climat tempéré, donc ils se sont adaptés aux basses températures. Ce sont ces espèces justement qui ont été transférées sur notre sol et qui dans nos conditions climatiques, revenues à l’état sauvage sont bien capables de survire à moins 30°. “

Oponce fragile (Opuntia fragilis), indigène d’Amérique du Nord, qu’on trouve dans la montagne de Lozène.

Vladimir Vladimirov indique qu’il connaît pour sa part pas moins de 11 habitats d’opuntsia ou cactus raquettes, un des principaux genres de la famille des cactus. Il est difficile de dater avec précision l’époque de l’apparition des premiers cactus en Bulgarie. On peut affirmer néanmoins que:

„ Les premières espèces de cactus à être introduites en Bulgarie et pouvant résister aux basses températures, et survivre à l’extérieur datent des années 20 et 30 du siècle dernier. Ces cactus ont été plantés en pleine terre dans les parcs royaux – Euxinograde, Kritchim, ou dans les régions au sud du pays Harmanli, Beloslav, tout près de Varna, la plus grande ville sur la Mer Noire bulgare. On les retrouve aussi dans les cimetières comme des plantes vivaces pour servir d’ornementation. Ils s’en sont « échappés » et c’est dans ces deux villes du pays qu’on trouve les plus importantes colonies de cactus sauvages en Bulgarie“ – dit encore Vladimir Vladimirov.

Et d’ajouter qu’entre 1930 et 1933 des essais ont été faits pour introduire ces plantes tropicales sur l’île des Serpents, l’actuelle Saint Thomas, à proximité de l’estuaire du Ropotamo. En une trentaine d’années, ces espèces inadaptées à notre climat reviennent à l’état sauvage et colonisent pratiquement tout le territoire de l’île. Les cactus sont connus aussi au village de Pouchévo, dans le département de Véliko Tarnovo et ont fait du village une destination touristique. Ils font la fierté des locaux qui organisent un festival des cactus.

Opuntsia ou Cactus raquettes du village de Pouchévo, département de Véliko Tarnovo​

Les plantes épineuses s’épanouissent en jolies fleurs entre la fin mai et la première moitié de juin, leur floraison atteignant son zénith en juin.

„Ce qu’il faut savoir c’est que malgré leur beauté exotique, les cactus sont des intrus, des invités non désirés dans notre cadre naturel, – souligne Vladimir Vladimirov. – Les cactus sont un exemple type d’un grave problème – celui de l’invasion des espèces étrangères. Ce sont des plantes non caractéristiques de notre région et, qui, une fois transférées sur notre sol depuis d’autres régions de l’Europe ou d’ailleurs, sont absolument capables de s’acclimater et retomber à l’état sauvage. Le grand problème avec ces plantes c’est qu’elles prolifèrent très rapidement, supplantant nos espèces endémiques qu’elles finissent par étouffer et chasser en créant des colonies de cactées, susceptibles d’impacter lourdement l’économie. “

Version française : Roumiana Markova

Photos: archives personnelles

Galerie

Tous les articles

Le rapport “qualité-prix” dans le tourisme culturel est positif pour la Bulgarie

La participation de la Bulgarie à la dernière édition de la foire touristique World Travel Market dans la capitale britannique Londres avait pour slogan   Bulgaria - А Discovery to Share. Parallèlement aux possibilités du tourisme estival..

Publié le 11/11/19 à 13:21

Au musée du village Tchavdar, numérique et tradition vont main dans la main

Le folklore est notre patrimoine immatériel inestimable. Tellement spécifique et riche, il dessine la physionomie des différentes régions de notre pays et chaque Bulgare se doit de le connaître et d’en être fier. Guidés par l’idée que les..

Publié le 16/10/19 à 14:29

La saison de chasse de sangliers sera ouverte le 5 octobre

Samedi, 5 octobre, sera donné le coup de départ à la nouvelle saison de chasse en groupes de sangliers. Pendant cette nouvelle saison, la chasse sera autorisée trois jours par semaine au lieu des deux jours actuellement. L’objectif est de..

Publié le 05/10/19 à 09:15