Les enseignants bulgares de l’étranger sont les gardiens de l’esprit national

Photo: @bsrodnarech

Les écoles du dimanche si chères aux Bulgares de l’étranger sont le meilleur emblème de notre système d’éducation. Elles font penser aux grandes figures de la Renaissance nationale de la fin du 18e et du début du 19e s., promoteurs intrépides de la langue, de la culture et de la tradition bulgares, qui s’étaient donné pour mission de transmettre cette richesse inestimable aux générations à venir. C’est ainsi que s’explique l’attachement des centaines de familles bulgares expatriées, qui, bien que vivant dans un autre milieu transmettent leur langue maternelle à leurs enfants.

Les écoles du dimanche sont le lien vivant et vivace qui nous relie au pays. Elles sont l’œuvre d’associations bulgares et sont enregistrées dans les pays où ils résident. Il y en a d’autres, auprès des ambassades et des consulats de Bulgarie, auxquelles nous devons ajouter celles, créées par les communautés religieuses orthodoxes qu’on trouve un peu partout dans le monde. Les maraîchers bulgares de Prague, Bratislava et Budapest sont à l’origine des premières écoles de l’étranger après 1945. Dernièrement les diasporas bulgares sont extrêmement actives et c’est à elles que nous devons le réseau de cours de danse, de chant et de musique traditionnels. Les écoles de l’étranger bénéficient d’aides concrètes grâce aux programmes du Ministère de l‘Education et de la Science en vigueur depuis une dizaine d’années. Désormais les Bulgares de l’étranger sont fiers des 335 écoles ouvertes dans 50 pays de tous les continents. Leur vocation n’est pas simplement de sauvegarder l’esprit bulgare, de pérenniser la langue et la culture au sein des jeunes, mais de promouvoir et faire rayonner notre langue dans les communautés où elles se trouvent – dit Natalya Mikhalevska, qui est à la tête de la direction „Education des Bulgares de l’étranger et réseaux scolaires“ au MES.

« Les enseignants des écoles du dimanche ne se contentent pas simplement de transmettre leur savoir, tous sans exception sont des Bulgares qui aiment leur pays, et, bien que souvent ils soient de professions différentes, leurs moments de liberté ils les consacrent à former l’esprit des petits Bulgares. Ils le font par conviction, d’autant que les cours ne sont pas obligatoires. Ces hommes et ces femmes ont réussi à motiver les parents, certains font de longs trajets en voiture pour y emmener leurs enfants et, les cours ayant lieu le dimanche ils prennent eux-aussi sur leur temps de détente. Et encore, les enseignants de ces écoles introduisent des formules innovantes, empruntées aux systèmes de ces pays et les appliquent en les harmonisant avec l’enseignement bulgare. »

Les changements intervenus dans les règlements du MES  ont pour but de gagner les jeunes d’origine bulgare vivant à l’étranger de leur faire choisir le système bulgare d’éducation. Ainsi les jeunes ayant obtenu le certificat de maîtrise du bulgare niveau B2, ont l’opportunité d’intégrer les écoles supérieures en Bulgarie et sont dispensés de passer le Bac. Le Ministère prend également en charge les honoraires des lectorats – langue bulgare, histoire et géographie de Bulgarie, mais verse aussi les honoraires des personnels en charge des activités extrascolaires – folklore, culture, sur l’ensemble du réseau des écoles bulgares de l’étranger – poursuit Natalya Mikhalevska:

« Les programmes que nous avons élaborés pour l’apprentissage du bulgare sont finalisés par des certificats, ce qui permet aux apprenants non seulement d’attester leur connaissance de leur langue maternelle mais de le faire à un niveau donné, leur donnant accès à des débouchés professionnels. Notre but est d’ouvrir les écoles à tous les adolescents bulgares de l’étranger, qui sont pas moins de 40 mille, de les fréquenter mais aussi de suivre ces cours à distance et en ligne s’ils habitent ailleurs.


Version française Roumiana Markova


Tous les articles

La 15e édition de l’Assemblée mondiale des médias bulgares place l’accent sur les Balkans

" Médias et priorités nationales ", tel est le thème majeur de la 15 e Assemblée des médias bulgares, organisée du 22 au 25 novembre à Tirana, par l’Agence de presse bulgare BTA et l’Association des médias bulgares du monde, avec le soutien de..

Publié le 22/11/19 à 12:30

Le Jour de la famille chrétienne, 125 couples ont renouvelé leurs vœux à Razlog…

Le 21 novembre l’Eglise orthodoxe bulgare célèbre la présentation au temple de Jérusalem de la Vierge Marie, qui deviendra plus tard la Mère de Dieu. D'après les anciens chroniqueurs, âgée de 3 ans à peine, ses parents envoient..

Publié le 21/11/19 à 10:44

„DОN'T WASTE, TASTE“ ou comment gérer le gâchis alimentaire…

Savez-vous qu’un tiers de la nourriture cultivée et produite dans le monde n’est jamais consommée et part directement à la poubelle ? La lutte anti-gaspi devient une priorité à l’échelle mondiale, surtout quand elle permet de collecter..

Publié le 19/11/19 à 12:17